Reportage

Nous disons souvent chez Deeper vouloir connecter l'hypnose à d'autre discipline.

L'une de nos premières idées qui se sont transformées en notre premier projet fut alors de connecter l'hypnose et ses capacités pour réaliser des anesthésies, au monde du tatouage.

 

L'une des applications les plus vieilles de l'hypnose est l'anesthésie et aujourd'hui, il n'est pas rare d'entendre que certaines opérations dans les hôpitaux sont faites à l'aide de l'hypnose. On peut aussi entendre dans notre entourage, la rencontre de problèmes suite à des anesthésies (sensation d'étouffement, allergies). Que pouvons-nous donc penser donc de l'anesthésie sous hypnose ? Surtout dans le cas d'intervention

 

Notre but était donc alors de proposer à une personne désireuse de se faire tatouer, de se faire hypnotiser afin d'atténuer la douleur que l'on peut ressentir en se faisant tatouer (remplissage assez long pour des grandes pièces, ou bien sur des zones douloureuses comme les côtes). Chez certaines personnes, l'hypnose aurait pu intervenir pour diminuer leur peur de la douleur également, une peur qui peut même rebuter certaines personnes à passer le cap de se faire tatouer. Nous sommes alors partis démarcher quelques salons de tatouages et avons eu la bonne surprise d'être à chaque fois merveilleusement bien accueillie et avec enthousiasme.

 

Pour allier l'utile à l'agréable, nous leur avons proposé de réaliser un reportage qui consisterait à montrer une personne, réalisant son tatouage sous hypnose et à recueillir l'avis des différents intervenants.

Hypnose et tatouage partie 1

C'est finalement chez Private Tatoo Shop à Créteil que nous avons décidé de passer le cap et de tourner plusieurs vidéos. C'est également ici que nous avons rencontré et interviewé Cynthia (la tatoué) et Nelson (le tatoueur) que vous pourrez voir dans notre vidéo.

 

Nous avons été agréablement surpris par le résultat tant Cynthia est restée dans un calme imperturbable et dans une dissociation complète vis-à-vis de sa sensation de douleur. C'est comme si son sens de la nociception avait été complètement restreint, le temps du tatouage.

 

Et du côté du tatoueur, Nelson en l’occurrence, c'est tout bénef comme on dit. Rarement il à eu une cliente se laissant manipuler à ce point, dans un calme absolu. L'hypnose pourrait donc être un merveilleux outil dans les mains des tatoueurs qui pourrait éventuellement s'en servir sous forme de routines, un peu comme les personnes portant les premiers secours dans les ambulances et qui applique des routines censées calmées et atténuer la douleur des blessés.

 

Les choses qui nous ont marqués durant ce projet liant l'hypnose et le tatouage ?

 

Il y en a à plusieurs. Initialement nous avions prévu d'hypnotiser une autre personne qui n'a malheureusement pas pu continuer. En effet, notre premier volontaire c'est avéré être une personne développant des capacités somnambuliques, c'est à dire qu'il avait tendance à s'approprier nos suggestions comme venant de sa propre volonté et non d'une suggestion extérieure. Le somnambulisme a été décrit par Milton Erickson, comme l'une des deux formes de transes dites profondes, c'est pour dire la puissance et les opportunités offertes dans ce nouveau mode de fonctionnement.

 

Nous n'avons réalisé qu'une séance d’entraînement avec cette personne qui a été très prometteuse. Olivier, qui se chargeait de l'hypnose à alors suggérer un endormissement partiel du bras, sur lequel était prévu le tatouage. Ainsi, la personne ne ressentait strictement rien dans ce bras. Afin de tester la qualité de la suggestion d'anesthésie sous hypnose, Nelson a volontairement piqué à l'aide d'une aiguille la zone de la main qui se situe entre le pouce et l'index et cela sur les deux mains afin de vérifier la différence de perception.

 

C'est lorsque la séance fut finie et que nous étions en train de prendre un café ensemble que la personne hypnotisée nous a fait remarquer qu'il y avait une différence de cicatrisation entre ces deux mains. L'une présentait un point de sang, l'autre n'avait rien, mais ce qui paraît fou, c'est que la main du bras qui était sous hypnose ne présentait aucune marque de l'aiguille. En effet, Nelson avait appuyé suffisamment fort avec les aiguilles pour que la personne hypnotisée puisse ressentir la douleur et il nous a complètement affirmé avoir forcé deux fois plus fort sur la main hypnotisée étant donné qu'il ne ressentait rien alors que sur l'autre main les premiers signes de la douleur se faisaient vite ressentir.

 

Cela me fait penser à quelques récits de Milton Erickson dans ses Collected Papers.

 

L'autre remarque concerne Cynthia et la suggestion de distorsion temporelle qu'Olivier avait mises en place quand il l'avait hypnotisée pour la préparer à la séance de tatouage.

 

Cynthia était persuadée que la séance avait duré 1h30 alors que celle-ci s’est bien étalée sur 4 heures.

 

De même, à la fin du tatouage, Olivier assure un réveil hypnotique à Cynthia afin qu'elle retrouve pleinement ces moyens et reparte en pleine forme. Nelson profite d'un dernier moment après ce réveil pour essuyer le bras de Cynthia qui ressent une forte sensation de brûlure (normal après s'être fait tatoué pendant 4heures). À aucun moment durant le tatouage, Cynthia n'avait ressenti de gène vis-à-vis d'une quelconque douleur, preuve une fois de plus, de la qualité du phénomène hypnotique qui ne résulte pas d'une complaisance de Cynthia.

 

Voilà pour les petites anecdotes que l'on voulait vous partager.

 

On remercie donc Cynthia et Nelson pour leurs bonnes humeurs.

On remercie Olivier Peyrega d'avoir permis à Cynthia de faire son tatouage sans douleur.

Et on remercie Daniel Dias d'avoir filmé l'ensemble de la séance (4heures à porter la caméra c'est également long de ce point de vue).

Et merci à vous, d'intéragir avec ce projet.

A bientôt !


Articles similaires

Réalisation & référencement Création site web responsive design

Connexion