Qu'est ce que l'autohypnose ?

L'autohypnose: un pont entre sa conscience et son inconscient

C'est quoi l'autohypnose ?

L'autohypnose est comme son nom l'indique, l'art de s'amener soi-même dans un état hypnotique permettant la mise en contact avec son inconscient.

On pourrait comparer l'inconscient aux mythes des génies capables d'apporter, d'exaucer des voeux et de permettre à nos envies de devenir réelles.

En autohypnose, cela donnerait :

On frotte la lampe (technique d'induction pour entrer en autohypnose).

On entre alors en contact avec le génie (l'inconscient).

On formule son voeu (que l'on a préparé dans notre détermination d'objectif).

On laisse le génie faire en sorte que cela devienne réel (travail inconscient).

Pour finir, on remercie le génie et on l'invite à regagner sa lampe (phase de réveil).

En résumé, l'autohypnose se déroule en 4 étapes :

1/ La phase de la détermination d'objectif.

2/ La phase d'induction hypnotique.

3/ La phase du travail inconscient.

4/ La phase du réveil.

Quiconque maitrise l'art de l'autohypnose est capable d'améliorer certains aspects de sa vie et de reprogrammer certains de ses schémas inconscients. On peut donc dire que l'autohypnose est un art du changement.


Quand et à quelle fréquence pratiquer l'autohypnose ?

Il n’y a aucune règle précise. Vous pouvez pratiquer l'autohypnose le matin, le midi, le soir, à la pleine lune, à la lune 3/4 gibbeuse, à proximité d'une cascade, dans le métro, dans un parc, dans son lit, durant une réunion (vous faites déjà un procédé similaire naturellement) sans que cela ne change aucunement son efficacité.

Concernant la fréquence, nous vous conseillons de procéder de manière intuitive. Après une première séance d'autohypnose sur une problématique, laissez le temps à votre inconscient pour mettre en place les procédés souhaités. Faites-lui confiance et pour savoir quand y retourner ou quand passer à une étape suivante pour la résolution de ce même problème, fiez-vous à votre intuition.

Nul ne sert de vouloir en faire trop souvent pour augmenter son efficacité ou bien de le faire sur une base quotidienne voire de passer sa journée entière en autohypnose (c'était la fixation que se faisaient nos prédécesseurs – voir l'histoire de l'hypnose de spectacle).

Tout au mieux vous réussirez à transformer le plaisir et le bien-être que génère automatiquement l'autohypnose en contrainte. Par contre, une piqure de rappel hebdomadaire ne fera aucun mal, bien au contraire.

De plus, n'essayez pas de vouloir changer d'un extrême à un autre sur 10 domaines différents. Votre inconscient n'est pas le Père Noël, gardez vos listes innombrables de souhaits pour plus tard au risque de vous éparpiller.

Mettez-vous à la place de votre inconscient, imaginez que vous veniez le voir en lui demandant: "Cher inconscient, aide-moi à changer pour que j'arrête de m'énerver en voiture dans les embouteillages, prend tout le temps dont tu as besoin pour bien étudier le problème et trouver une solution efficace pour moi, tu as mon entière confiance".

Maintenant imaginez le scénario suivant: "Cher inconscient, aide-moi à changer pour que je sois plus confiante, que je sois moins stressée au boulot, que je puisse mieux retenir des informations à court terme, que je sois plus à l'aise pour parler avec mes collègues, pour avoir moins peur des guêpes, pour que je sois plus endurante à la course à pied et que je sois plus gentille avec mes collègues de bureau. Merci. Ah, et pour que je sois plus rapide pour prendre des décisions... et pour que je parle moins vite. Voilà, c'est tout. Et si tu pouvais faire en sorte aussi que je sois capable de mieux ressentir mes émotions lorsque je suis sur scène au théâtre. Merci encore."

Vous voyez la différence, on est d'accord ?

Prenez le temps de mesurer vos résultats. Vous pouvez entamer plusieurs axes de travail simultanément, mais évitez de travailler sur une nouvelle problématique tous les jours. Votre inconscient peut avoir besoin de temps pour instaurer un changement afin qu'il se passe de manière écologique pour vous, c'est à dire, sans que d'autres paramètres contraignants apparaissent suite à ce changement ou en vous laissant le temps de conscientiser ces nouvelles contraintes (il vous le fera comprendre en vous envoyant des pensées) pour que vous puissiez décider de poursuivre ou de rectifier ces imprévus.


Imaginez le calme de ce lieu

Comment préparer mon autohypnose ?

Trouvez un endroit ou vous ne serez pas dérangé. Il peut s'agir d'un endroit calme comme d'un endroit bruyant, l'important est qu'on ne vienne pas vous bousculer consciemment pour vous demander ce que vous faites. Profitez-en pour mettre votre téléphone portable en mode "ne pas déranger".

Installez-vous confortablement et mettez-vous dans n'importe quelle position que vous jugez confortable. Vous pouvez croiser les mains, les pieds ou les décroiser cela n'a aucune incidence.

Ensuite vous mettez en pratique une technique d'induction pour atteindre un état hypnotique.


Les signes qui indiquent que je suis en état hypnotique

Un voyage dans les profondeurs de soi-même

Ces signes peuvent varier d'une personne à l'autre. Voilà globalement, ce que de mon expérience, les gens de mon entourage ayant essayé l'hypnose décrivent comme sensation interne qui indique que l'on progresse ou que l'on atteint un état hypnotique.

  • Sensation d'oscillation du corps.
  • Sensation de perte d'équilibre, de chute, de tourbillonnement.
  • Sensation de chaleur/froideur diverse et variée.
  • Sensation de picotements.
  • Spasmes musculaires.
  • Sensation de lourdeur/légèreté.
  • Sensation de dissociation, comme si nos membres n'étaient plus les nôtres.
  • Sensation d'apaisement mental, d'être dans une attitude zen.

Changer grâce à l'autohypnose

3... 2... 1... Changement !

Vous avez maintenant atteint un état hypnotique et de nouvelles possibilités s'offrent à vous.

Vous allez vous guider avec votre dialogue interne pour mettre en place un protocole de changement. Même si vous avez l'impression que lorsque vous vous parlez intérieurement, vous perdez en "qualité de transe hypnotique", sachez que cela est négligeable.

Ces protocoles de changements peuvent par exemple faire intervenir votre imagination ou bien mettre en place des phénomènes idéomoteurs.

On peut également, au bon vouloir, utiliser des phénomènes idéomoteurs pour approfondir sa transe hypnotique.

On peut également instaurer un signaling afin de dialoguer directement avec son inconscient qui répondra par oui et par non.

Ensuite, une fois l'instruction ou la partie consciente du protocole de changement réalisée, laissez simplement votre partie inconsciente faire le reste. Détendez-vous du mieux que vous pouvez et profitez de cet instant pour faire le vide et faire ce que nous appelons chez DEEPER "une douche mentale".


Fusibles en autohypnose

On appelle "fusible" en hypnose, un pacte conscient/inconscient pour renforcer une sécurité liée à la modification de conscience. Cela vous apporte une sécurité et une sureté complémentaires pour que votre séance d'autohypnose se passe dans les meilleures conditions.

Pour mettre en place un fusible, il suffit lors de la préparation à la séance, de le formuler à voix haute ou bien via son dialogue intérieur, voire simplement d'y penser.

Voici, quelques exemples de fusibles que l'on rencontre fréquemment:

Temps: Demandez à l'inconscient de vous réveiller au bout d'une heure (ou 10min, etc).

Urgence: Demandez à l'inconscient de vous reconnecter à vous-même en moins de 2 secondes si une situation dangereuse venait à se présenter dans l'environnement extérieure.

Bruits: Demandez à l'inconscient d'intégrer l'ensemble des bruits de fond qui seront perceptibles à la séance d'autohypnose de sorte qu'ils fassent partie de l'expérience.

Impact: Demandez à l'inconscient de faire en sorte de n'éprouver que des sensations positives et que si une sensation, un ressenti lié à un événement négatif devait ressurgir, que celui-ci ne soit perçu que de l'ordre de la neutralité émotionnelle.


Quelques pièges à éviter en autohypnose

Il n'y a pas de recette magique qui marche avec tout le monde. Il faut tester ce qui nous fait le plus réagir. À savoir que ces différentes perceptions sont susceptibles d'évoluer avec le temps et ce qui marche très bien à ce jour peut ne plus être valable dans 1 an.

Au début, on a beaucoup de sensations, car les sensations sont nouvelles et que les processus se mettent en place. Et après quelques mois de pratique, on a l'impression qu'on y arrive plus simplement, car on se remémore ces moments où la sensation était très intense. Il faut savoir que le corps s'habitue à ces nouveaux procédés et qu'une fois mis en place et assimilés, les sensations peuvent alors paraître amoindries, mais il faut bien comprendre qu'elles sont encore là.

 

L'autohypnose demande une certaine maitrise, par exemple pour éviter de s'endormir réelement ce qui peut arriver lorsqu'on débute nottament ou qu'on est fatigué. On peut également aussi être tenté de vouloir régler tous ces soucis tous seul. Théoriquement, cela est possible mais si vous voulez vous économiser un temps précieux, on vous invite à suivre une hypnothérapie où le thérapeute pourra vous aider à prendre le recul nécessaire lié à votre situation.

Réalisation & référencement Création site web responsive design

Connexion