Plongez dans l'hypnose

Gilles de la Tourette, 3 balles pour de l'hypnose

article Olivier Peyrega

 

L'été 1893 ne commence pas pour le mieux pour Gilles de la Tourette, son fils meurt en juillet, puis c’est son professeur ;  pygmalion et grand ami l’illustre professeur Jean-Martin-Charcot qui s'éteint durant le mois d'aout.
 

Mais jamais 2 sans 3, à peine 3 mois après la mort de Charcot, Gilles de La Tourette va se retrouver au cœur d’une histoire et d'un procès qui fera la une des journaux, avec comme toile de fond l'hypnose  ….

Laurence Rose-Lecocq connue également sous le nom de  “ Rose Kamper “ vient rendre visite à Gilles de la Tourette en décembre 1983, Laurence est  une ancienne patiente de 29 ans, Gilles de la Tourette l'a hypnotisée de nombreuses fois à la Salpêtrière ces dernières années.

 

La patiente se plaint, elle veut une indemnisation, elle estime que depuis les séances d'hypnose, elle n'a plus toutes ses facultés et ne peut plus travailler, et par conséquent, répondre à ses besoins.
 

Au vu de la suite de l'histoire il semblerait que les négociations n'aboutissaient pas puisqu’au milieu de la discussion, Laurence sort de son sac à main un revolver et tire froidement 3 balles sur Gilles de la Tourette,  dont une dans le cou.

 Ça lui est tombé dessus comme ça, comme un mauvais avis google, mais en plus direct.

Mais Gilles de la Tourette est un type solide, et  de plus Laurence vise assez mal car les balles n’ont touché qu'en surface, Gilles va bien et a l'air plutôt serein face à cet évènement, il écrit d'ailleurs le soir même à son grand ami le journaliste  Octave Montorgeuil   :

 

“ La balle a été enlevée, ça va mieux, quelle drôle d'histoire ! , cordialement, Gilles de la Tourette “

extrait des correspondances privé de Gilles de la Tourette

 

Évidemment c’est la  prison pour Laurence, ses explications lors du procès :
 

« Interrogée sur le mobile qui l'avait poussée à attenter aux jours du médecin, cette femme réitéra qu'elle était dans la misère et que s'étant prêtée jadis soit volontairement, soit à son insu, à des expériences d'hypnotisme à la Salpêtrière, elle avait aliéné sa volonté de telle sorte qu'elle se trouvait aujourd’hui dans l’impossibilité de se remettre à travailler et que conséquemment il lui paraissant logique de venir demander de l'argent à ceux qui lui avaient ôté son pain »


Il semblerait également que Laurence ait pris comme stratégie de défense lors du procès les expériences qu’elle avait subies en hypnose, impliquant directement l’hypnose dans la tentative de  meurtre.
 

Lors du procès c'est le gros buzz de l'époque, tous les journaux en parlent, on accuse même De la Tourette d’avoir organisé tout ça pour se faire un coup de pub !

Le contexte de l’époque médiatique est très chaud sur l’hypnose à Paris et dans toute la France, depuis 10 ans de grandes controverses agitent le monde du somnambulisme, mais également directement le monde de l’hypnose, comme les travaux de Jules Liègeois ( membre de l’école de Nancy ) ou il explique pouvoir programmer un somnambule pour effectuer des meurtres ou autres actes amoraux.

Pour pouvez d'ailleurs retrouver la thèse de Jules Liegeois en PDF ici

Plusieurs procès font également régulièrement la une des médias ou l’hypnose est citée comme cause où ayant pu jouer un rôle dans des meurtres.

 

 

Plus de 120 ans après les faits, il est difficile de savoir les raisons exactes de ce terrible épisode, et si l’hypnose a pu en effet entrainer des répercussions qui auraient poussé Laurence Rose a vouloir tuer Gilles de la Tourrette.

Il y avait sans doute à cette époque un “ fantasme “ sur l’hypnose et ses applications, de nombreux faits divers tournaient autour de l’hypnose.

De nombreux acteurs de l’hypnose ont d’ailleurs expérimenté au fur et à mesure des siècles sur l’hypnose et ses applications “ amorales “.

 

Plusieurs procès font également régulièrement la une des médias ou l’hypnose est citée comme cause où ayant pu jouer un rôle dans des meurtres, c'est un sujet récurrent à la fin du 19ème siècle, y compris chez le grand public.

 

 

 Beaucoup des  expérimentations ayant eu lieu au cours des siècles indiquent qu’il est possible de “ forcer “ une personne sous hypnose à aller contre sa volonté pour commettre des délits ou des crimes, mais ces expérimentations ont été également très souvent contestée par d’autres hypnotiseurs mettant en cause le contexte de ses mêmes expérimentations, des arguments plus que valide lorsqu'on connait l'importance primordiale du contexte et de la confiance en l'hypnotiseur envers l'hypnotisé qui vient bien évidemment influencer ces expérimentations.

 

 il n'y a sans doute pas de réponse universelle sur les possibilités de nuisance et de manipulation avec l'hypnose, une question légitime qui ne doit surtout pas se résumer  à “ oui avec l'hypnose on peut forcer quelqu'un à faire ce que l'on veut “ ou “ l'inconscient nous protège de tout ce qui est mauvais “ 

La réalité est plus subtile et il faut bien examiner chaque cas avec son contexte ainsi que tous les biais cognitifs qui peuvent accompagner un avis sur cette question, c'est ce que pensait notamment Milton Erickson décrivant avec beaucoup de recul certains cas ou récits de ce type.

 

Pour Gilles de la Tourette ce fait divers ne peut être résumé à l'hypnose, même s'il est impossible de savoir si elle fut en cause de près ou de loin dans cette  tentative de meurtre.


Articles similaires

Réalisation & référencement Création site web responsive design

Connexion