Comment hypnotiser quelqu'un

Pour bien débuter en hypnose, que ce soit pour l’hypnose ludique ou en hypnothérapie, il faut commencer par la base, c’est à dire bien comprendre les mécanismes de l’hypnose, et les mettre en pratique, c’est pour cela que nous ne ferons pas ici la distinction entre les différents courants de l’hypnose, les techniques d’induction et les mécanismes restent fondamentalement les mêmes.

Apprendre l'hypnose, les premiers pas

Un des premiers obstacles, et nous sommes tous passés par là, est la peur de l’échec, peur que la personne ne réussisse pas à partir en hypnose ; peur que la suggestion échoue ; peur d’avoir l’air ridicule, et c’est souvent cette peur qui est très mauvaise conseillère.

Mais comme le dit si bien le dicton “ Des fois on réussit, des fois on apprend. “

La réussite de votre première hypnose sera une émotion à la hauteur du trac que l’on peut ressentir lors de ses premiers essais.

Commencez par l’hypnose ludique !

Tout simplement, car il n’y a aucun enjeu, pas de rapport d’argent (surtout si vous commencez l’hypnose de rue) pas d’autres enjeux que de passer un bon moment.

Une erreur que font souvent les personnes voulant se former à l’hypnothérapie est de ne pas prendre le temps de pratiquer l’hypnose et de se familiariser aux techniques et phénomènes avant de la pratiquer en cabinet. Or il faut bien distinguer deux choses : 

  • Maitriser les techniques et phénomènes hypnotiques 
  • Maitriser les stratégies de l’hypnose thérapeutique

L’un ne va pas sans l’autre, et il faut être compétent dans les deux domaines pour être un bon hypnothérapeute.

N’hésitez pas à commencer par l’hypnose de rue, vous y trouverez une communauté de passionnés présente dans toutes les grandes villes de France, qui se fera un plaisir de vous guider dans vos premiers pas en hypnose.

Un exemple d'une vidéo d'hypnose de rue

Daniki Street Hypnose avec Christophe [Parc des expositions] Part 2/2

La base : Les mouvements idéomoteurs

Sans phénomène idéomoteur, il est quasi impossible de savoir si le sujet est en hypnose ou pas, les mouvements idéomoteurs sont donc un indicateur précieux de la validité de l’hypnose.

Quelques exemples de mouvements idéomoteurs :

  • Les doigts aimantés

Sans doute le plus connu de tous, mais également le plus simple, mais aussi celui où l’on triche un peu… Cela consiste tout simplement à réunir les deux mains du sujet (comme pour une prière) paumes serrées, puis de lui demander de lever les deux index face à face en les écartant au maximum, il suffit ensuite de donner un décompte au sujet avec l’instruction que les doigts se rapprocheront : 

“ Je vais compter jusqu'à trois, puis tes deux doigts vont se rapprocher, comme attirés l’un vers l’autre jusqu’à se toucher ! “ 

Sur ce premier phénomène, il s’agit bien évidemment de s’aider d’un phénomène physiologique naturel, en effet les doigts en extension dans cette position se rapprochent naturellement, cela dit cette technique peut aider à conditionner le sujet, mais rassurez-vous, les autres mouvements idéomoteurs sont eux totalement dus à des mouvements inconscients…

 

  • Les mains aimantées 

Avec cet exercice, on attaque la base des phénomènes idéomoteurs, plus aucune aide physiologique, tout est dans la suggestion, même principe que les doigts aimantés. On demande au sujet de mettre ses mains face à face, écartées de 40 centimètres, et l’on donne au sujet comme instruction que les mains se rapprocheront au compte de trois.

On peut ensuite encourager légèrement le sujet lorsqu’on voit les premiers mouvements “ très bien, et plus tu m’écoutes, et plus les mains se rapprochent “ puis ajouter une corrélation avec une sensation : “ Et plus tes mains se rapprochent, et plus tu commences à plonger à l’intérieur de toi. “

 

Ces deux phénomènes sont généralement ceux que l’on apprend lors de ses débuts en hypnose, tous les autres phénomènes idéomoteurs sont des déclinaisons de ces phénomènes et sont modifiables avec comme seule limite votre imagination (et celle du corps humain bien entendu). 

Un des secrets de l’hypnose : Le silence

Nous imaginons que les hypnotiseurs en herbe seront étonnés de lire ceci, mais il est pourtant vrai qu’un silence judicieusement utilisé pourra appuyer quasi tous les phénomènes hypnotiques. En effet il pourra tout aussi bien approfondir l’hypnose, amener de la confusion et laisser suggérer au sujet que l’on attend plus de lui.

C’est pourtant souvent le silence qui fait défaut aux jeunes hypnotiseurs, qui ont tendance à débiter un flot de parole, souvent plus pour se rassurer eux-mêmes que pour aider le sujet à rentrer en hypnose.

Apprendre les phénomènes hypnotiques

Amnésie ; catalepsie ; régression ; anesthésie ; il existe énormément de phénomènes hypnotiques, et s’il n’existe pas à proprement parlé un ordre de difficulté, il y aura quand même quelques règles à respecter dans la progression des phénomènes.

 

Il serait bien trop long de tous les détailler ici, nous vous donnons donc rendez-vous sur la partie Blog et sur notre chaine YouTube où ne manquerons pas de vous en dire plus sur toutes ces techniques !

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion